Vous êtes ici : Accueil > Vie pédagogique > Histoire des Arts > Histoire des Arts 2009-2010 > 4°/Arts du visuel : Le XVIII° siècle en peinture.
Publié : 6 janvier 2010
Format PDF {id_article}

4°/Arts du visuel : Le XVIII° siècle en peinture.

Arts, ruptures, continuités.

En France, les artistes se font l’écho des fastes de la cour royale,
comme Antoine Watteau (1684-1721) dont l’œuvre illustre les plaisirs sous la Régence, après la mort de Louis XIV. Ses tableaux mettent en scène des personnages de cour dans des situations de fêtes galantes, traités avec beaucoup de finesse d’exécution

Watteau
L’Embarquement pour Cythère,1717, huile sur toile, 129 x 194 cm.
Musée du Louvre, Paris.

Cette toile aux tons très colorés représente des couples amoureux élégamment vêtus, visitant l’île de Vénus et de l’Amour. Une fête galante.

Jean Honoré Fragonard (1732-1806), lui se passionne pour des sujets légers, voire libertins, mis en valeur par une touche brillante et délicate.

Fragonard
L’escarpolette,1867, huile sur toile, 81 x 65 cm.
Collection Wallace, Londres.

Cette scène de genre pleine de vivacité et de mouvement, représente un jeu de séduction.

François Boucher (1703-1770) crée des œuvres où la sensualité est provocante.

Boucher

Diane sortant du bain, 1742, huile sur toile, 56 x 73 cm.
Musée du Louvre, Paris.

La représentation du corps nu de la déesse de la chasse l’emporte sur le sujet mythologique, Boucher nous place dans le rôle du voyeur.

Jean-Baptiste Chardin (1699-1779) décline des sujets anecdotiques et des natures mortes. Peintre de la « vie silencieuse », ses œuvres sont souvent méditatives et sensibles.

Chardin

La Raie, 1725-1726, huile sur toile, 114 x 146 cm.
Musée du Louvre, Paris.